L’ASDHOM s’est rendue au Parlement européen à l’occasion de la journée internationale du prisonnier politique

17/04/2013
16:00au19:00

L’ASDHOM invitée par des parlementaires européen(ne)s pour parler des prisonniers politiques et d’opinion au Maroc

Le mercredi 17 avril, le président de l’ASDHOM s’est rendu à Strasbourg sur invitation de la députée européenne Marie-Christine Vergiat (Gauche Unitaire Européenne GUE) pour donner un témoignage sur les détenus politiques et d’opinion au Maroc lors d’une conférence au Parlement européen.

Cette conférence était organisée à l’initiative de Mme Marie-Christine Vergiat à l’occasion de la journée internationale du prisonnier politique à travers le monde.

Rappelons que cette journée fait référence à celle proposée et instaurée par les Palestiniens pour célébrer la journée du prisonnier palestinien.

Ont pris part à cette conférence, présidée par Mme Marie-Christine Vergiat, la députée (Verts) espagnole Ana Miranda, la députée (Socialistes) portugaise Ana Gomes, la députée allemande Barbara Lochbihler (présidente de la sous-commission des droits de l’Homme) et le député (Verts) espagnol Willy Meyer.

Après les interventions des député(e)s qui ont abordé la question de la détention politique dans le monde (Palestiniens, Basques, Kurdes, Mapuches, Corses, etc.), la parole était donnée à Bachir Moutik, représentant du CORELSO qui a parlé des prisonniers politiques sahraouis et notamment du groupe Gdeim Izik qui vient d’être condamné à des peines très lourdes par le tribunal militaire de Rabat.

Quant au président de l’ASDHOM, il a parlé dans son témoignage du phénomène de la détention arbitraire qui continue de sévir au Maroc et de la campagne de parrainage des prisonniers politiques. Il a notamment tiré la sonnette d’alarme sur les grèves de la faim menées dans les prisons de Taza, Meknès et Fès par les militants de l’Union Nationale des Etudiants du Maroc.

Sensibles à cette intervention et notamment au danger qui guète la vie des prisonniers politiques qui mènent cette grève de la faim, Mme Vergiat, ainsi que les député(e)s présent(e)s, ont proposé une initiative qui consiste en l’interpellation des autorités marocaines sur les conditions de détention de ces détenus et pour leur sauver la vie. Cette initiative, en cours de préparation avec l’ASDHOM, prendra probablement une forme de lettre qui sera proposée à la signature des député(e)s européen(ne)s.

Pour le bureau exécutif

Ayad Ahram

Président de l’ASDHOM

Paris, le 18 avril 2013


asdhom